1988 : un bon millésime pour le vignoble français ?

Souvent dissimulé par son cadet 1989, le millésime 1988 n’est pas à mettre de côté ! Et c’est peu dire. Le millésime fut exceptionnel à Bordeaux, que ça soit en rouge, en blanc sec et en blanc liquoreux ! Dans le Rhône, la réussite fut très large ! Ci-dessous, vous trouverez des détails sur les différentes régions. Ce qu’il faut retenir, c’est que globalement, le millésime 1988 laissa le souvenir d’une période idéale pour le vignoble français, marqué par une météo fabuleuse qui laissa les vignerons pratiquer leur passion tranquillement ! Les notations des différents millésimes sont issues du livre Trente Ans de Millésimes publié en 2013.

 

Ne ratez plus aucun vins de 1988, créez votre alerte email !

Je créé mon alerte en 1 clic !

 

Les meilleurs vins du millésime 1988

 

Vins de Bordeaux du millésime 1988

Blanc liquoreux : 19/20

Blanc sec : 18/20

Rouge : 16/20

Un superbe millésime dans le vignoble bordelais. Un été qui s’est montré légèrement froid au début, puis qui devint magnifique, sec et chaud à partir de la mi-juillet jusqu’à la fin août. Certains ont dû anticiper les vendanges du cabernet sauvignon, un peu précoce. La raison de cela était la crainte de pluie tardive et l’arrivé de Botrytis Cinerea (pourriture noble). Fin août, plusieurs pluies très appréciées sont arrivées, pour reprendre un mois de septembre ensoleillé, chaud, qui permis de mener les raisins à leur maturation dans de superbes conditions.

Globalement, les vins de Bordeaux rouge en 1988 sont puissants et tanniques avec un grand potentiel de garde. Bien charpentés et superbement structurés. Les Bordeaux blancs secs de 1988 sont très bien réussis, sans arriver au niveau des 1987. Concernant les liquoreux, c’est l’un des millésimes du siècle ! Les Sauternes sont puissants et élégants, avec une grande intensité aromatique. Ce que l’on retiendra aussi des Bordeaux blancs liquoreux de 1988, c’est leur niveau de sucre-acidité qui fut proche de la perfection cette année-là.

Nos références de Bordeaux 1988 : 

Château d’Yquem 1988  |  96/100 Robert Parker

Château Léoville Las Cases 1988  |  95/100 Wine Spectator

Château Lynch Bages 1988  |  95/100 Wine Spectator

Château La mission Haut-Brion 1988  |  94/100 Wine Spectator

Château Mouton Rothschild 1988  |  92/100 Wine Spectator

Château Ducru Beaucaillou 1988  |  92/100 Wine Spectator

Accéder aux ventes de Bordeaux 1988 !

 

Bourgogne : le millésime 1988 

Bourgogne Rouge : 16/20

Bourgogne Blanc : 14/20

Grâce aux conditions climatiques idéales, les vignerons ont vendangé des raisins en superbe santé. Ce qu’il faut retenir des raisins : une peau épaisse, peu de jus, un excellent état sanitaire. Tous ces facteurs de réussite démontrent la réussite du taux de concentration des raisins. Moins grandiose que 1985, mais tout de même remarquable. Ce sont globalement de très grands vins de garde. Concernant les vins blancs de Bourgogne en 1988, leur taux d’acidité est élevé, mais sans excès. Dans leurs premières années, les vins blancs se sont montrés frais et fins. Une entrée fruitée, puis des arômes qui évoluèrent vers des notes fumées, grillées, penchant vers des saveurs de noix. Les chanceux possédants de grands vins de Bourgogne de ce millésime devraient s’en souvenir longtemps !

Accéder aux ventes de Bourgogne 1988 !

 

Bourgogne Rouge en 1988

Conditions météorologiques Le début du printemps était chaud et principalement sec, entraînant un bourgeonnement précoce. Cependant, les fortes pluies et les températures fraîches en mai et juin ont endommagé la floraison. Les conditions ont été mitigées pendant la majeure partie de l’été, les fortes précipitations alternant avec les périodes sèches, mais le début de septembre a vu le temps changer et devenir ensoleillé et chaud, et la petite récolte a bien mûri. La récolte tardive a eu lieu par temps chaud.

Meilleures appellations : Le millésime était beaucoup plus abondant dans le chardonnay que dans le pinot noir, donc meilleur pour le rouge que pour le blanc. Ces rouges, s’ils sont plutôt austères et ont pris plus de temps que prévu pour terminer, sont en général proportionnellement meilleurs dans la Côte de Nuits que dans la Côte de Beaune.

Nos références de Bourgogne Rouge 1988 : 

Château de Pommard 1988

 

Bourgogne Blanc en 1988

Conditions météorologiques : Un hiver exceptionnel a été suivi d’un printemps doux mais humide qui s’est poursuivi jusqu’au début de l’été. Malgré les conditions humides, la floraison était adéquate. Les températures ont augmenté en juillet et trois mois idéalement ensoleillés et secs, avec juste la bonne quantité de pluie pour empêcher le dessèchement de la récolte. La récolte a eu lieu dans des conditions idéales en octobre. Les conditions de croissance ont abouti à la production d’une culture relativement grande, tant par la taille des grappes que par les raisins eux-mêmes. En conséquence, il y avait un manque de concentration dans le millésime.

Meilleures appellations : Les blancs sont proportionnellement meilleurs quand on monte la hiérarchie du vin de village au grand cru. Ce fut une bonne année pour les villages reculés, mais ceux-ci seront désormais largement dépassés. Une bonne année pour Corton-Charlemagne.

Nos références de Bourgogne Blanc 1988 : 

Beaune 1er Cru 1988 Clos Saint Landry en Magnum – Bouchard Pere & Fils

 

Le millésime 1988 exceptionnel dans le Rhône

Rhône Nord : 17/20

Rhône Sud : 15/20

Un grand millésime pour les vins du Rhône, notamment pour le Rhône Nord, avec des vins grandioses. Une réussite sans soucis pour Côte-Rôtie en 1988 ! Les vins détiennent une belle profondeur, un côté tannique bien équilibré, et sans aucun doute, de grands vins de garde ! Pour rester sur les rouges, les élites sont donc Côte-Rôtie, également Hermitages, Saint-Joseph, Crozes-Hermitage. On notera des vins très complexes et savoureux sur les blancs d’Hermitage, sans oublier les Condrieu. Une réussite également pour le Sud, avec de succulents Châteauneuf-du-Pape. On retiendra leur structure, leur robe est pétillante, colorée, et leur capacité de garde. Toujours en blanc, les Gigondas ont aussi bien réussi dans ce millésime, ils sont très riches. 

Accéder aux ventes de Rhône 1988 !

Rhône Rouge en 1988

Conditions météorologiques : La floraison a eu lieu deux semaines plus tôt que 1987 dans le nord, bien que la grêle et d’autres problèmes aient réduit la taille de la culture, en particulier en Côte Rotie. Un été chaud apporte des raisins mûrs merveilleusement riches, avec une structure tannique ferme.

Meilleures appellations : Les meilleurs vins ont mis du temps à se développer et dureront longtemps. Malgré quelques éclosions de mildiou dans le sud, les vins étaient excellents, avec un bon corps et une bonne structure. (Vins puissants et exceptionnellement durables de Condrieu)

Nos références de Rhône Rouge 1988 :

Châteauneuf du Pape 1988 – Raymond Usseglio

 

Rhône Blanc en 1988

Conditions météorologiques : Un hiver exceptionnel a été suivi d’un printemps doux mais humide qui s’est poursuivi jusqu’au début de l’été. Malgré les conditions humides, la floraison était adéquate. Les températures ont augmenté en juillet et trois mois idéalement ensoleillés et secs, avec juste la bonne quantité de pluie pour empêcher le dessèchement de la récolte. La récolte a eu lieu dans des conditions idéales en octobre. Les conditions de croissance ont abouti à la production d’une culture relativement grande, tant par la taille des grappes que par les raisins eux-mêmes. En conséquence, il y avait un manque de concentration dans le millésime.

Meilleures appellations : Les blancs sont proportionnellement meilleurs quand on monte la hiérarchie du vin de village au grand cru. Ce fut une bonne année pour les villages reculés, mais ceux-ci seront désormais largement dépassés. Une bonne année pour Corton-Charlemagne.

Nos références de Rhône Rouge 1988 :

Hermitage Blanc 1988 – Cuvée Marquise de la Tourette – Delas

 

Champagne et Vins d’Alsace en 1988

Champagne : 18/20

Champagne : 17/20

Commençons par les Champagne ! Des vendanges fin septembre avec de beaux raisins en bonne santé, what else ? Concernant l’acidité, elle fut plus intense que des millésimes comme 82, 83 ou 85. Globalement, les grands Champagne de 1988 sont bien réussis, une très bonne qualité : vifs, bien  ronds et succulents.

Concernant l’Alsace, ici aussi, une réussite globale, décidément ce millésime est surprenant… On notera tout de même des vendanges précoces. Ils ont pourtant bien vieilli, et même très bien ! Des vins d’Alsace de 1988 charpentés et ronds. Un panier aromatique remarquable, et un fruité ample. Une année exceptionnelle particulièrement pour les vendanges tardives et sélections de grains nobles. Superbe et intensément aromatisé avec l’équilibre pour durer. Les vins sont concentrés, racés et élégants.

Accéder aux ventes des Autres régions en 1988 !

 

Nos références des autres régions en 1988 :

Rivesaltes 1988 – Riveyrac  |  92/100 Robert Parker

 

Notation des autres régions en 1988

Beaujolais : 15/20

Languedoc-Roussillon : 17/20

Provence rouge : 17/20

Sud-Ouest rouge : 18/20

Sud-Ouest blanc liquoreux : 18/20

Loire rouge : 16/20

Loire blanc liquoreux : 18/20

 

 

Achetez des vins du millésimes 1988 au meilleur prix

Achat de vins 1988 au meilleur prix

Retrouvez une grande collection de vins du millésime 1988 sur Comptoir des Millésimes. Vos vieux vins rares de 1988 préservés dans une superbe cave souterraine, prêt à être dégusté, disponibles immédiatement pour l’envoi dans des emballages sécurisés.

Merci pour votre lecture et bonne dégustation !

achat vin 1988

Sur le même sujet

Laissez un commentaire